Performance du MINT en 2021

A la Une

47 milliards 994 millions de FCFA, c’est le montant du budget alloué au dit département ministériel pour l’année 2021 à l’issue du passage du ministre des Transports (MINT), Jean Ernest Masséna NGALLÈ BIBÉHÈ, devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale et au Sénat, les 1er et 07 décembre 2020.

Dans cette enveloppe budgétaire, 43 000 000 000 (quarante-trois milliards) FCFA sont consacrés à l’investissement et 4 944 000 000 (quatre milliards neuf cent quarante-quatre millions) de FCFA, au fonctionnement. Pour 2021, le ministère des Transports a inscrit, dans sa programmation budgétaire, des projets porteurs relevant de tous les sous-secteurs d’activités notamment aérien, routier, ferroviaire, météorologique, maritime et fluvial. La mise en œuvre desdits projets vise la construction et la réhabilitation de certaines infrastructures de transport, le renforcement de la sécurité et la sûreté dans les différents modes de transport ainsi que la disponibilité des données météorologiques fiables. Ce qui contribuerait, de manière significative, au développement économique de notre pays. Pour atteindre cet objectif, le Ministère des Transports dispose, de trois programmes opérationnels et d’un programme support, en cohérence avec les missions qui lui ont été assignées par le Chef de l’État. Il s’agit du Programme 607 : développement et réhabilitation des infrastructures de transport ; du Programme 602 : amélioration du système de sûreté et de sécurité des différents modes de transport ; du Programme 604 : développement et réhabilitation du réseau météorologique national et du Programme 603 : gouvernance et appui institutionnel dans le sous-secteur des transports.
Avant de dérouler les projets attachés à chaque programme, le ministre des Transports a rappelé à ladite commission que le département ministériel dont il a la charge, avait reçue au titre de l’année 2020, un budget s’élevant à 10 milliards 713 millions de FCFA dont le taux de consommation global se situe autour de 59,2%, soit 57,75% pour l’investissement et 61,78% pour le fonctionnement. Il n’a pas manqué d’égrener quelques réalisations dans ce secteur en 2020. Nous pouvons citer, sans être exhaustif, les travaux de modernisation et de sécurisation des plateformes aéroportuaires, en perspective à l’organisation du CHAN 2021 et de la CAN 2022, la reprise des vols de la Compagnie aérienne Camair-Co entre les parties septentrionale et méridionale du pays, la poursuite de la construction du port en eau profonde de Kribi, l’autonomisation du système de dragage du chenal d’accès au Port Autonome de Douala à travers l’acquisition des équipements nautiques (dragues et grues), l’organisation des examens de capacité des pirogues à moteur, des remorqueurs et des permis de conduite des embarcations de plaisance, La numérisation des archives climatologiques et la mise en place d’une banque de données modernes, la finalisation des diligences en vue de la reprise imminente du train rapide entre les villes de Yaoundé et de Douala, les réformes engagées dans le circuit de production des différents titres de Transports.


De par la situation stratégique du Cameroun dans le golfe de Guinée et dans la sous-région Afrique-Centrale, l’objectif poursuivi par le ministère des Transports en 2021 est d’améliorer le niveau de service de transport, en bâtissant à moindre coût un réseau de transport multimodal intégré, performant, quadrillant tout l’espace national et résolument ouvert vers les pays voisins.

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter