Le MINT ET LE MINDEL réconfortent les victimes de l’accident de Dschang

A la Une

Le ministre des Transports et son ministre délégué, accompagnés du gouverneur de la région de l’Ouest et des députés membres du Réseau Parlementaire pour la Sécurité routière au Cameroun ont effectué une visite de travail dans cette région suite à ce drame survenu le 27 janvier 2021.

RÉCONFORT AUX VICTIMES

Le ministre des Transports et sa suite se sont déportés dans les différents établissements hospitaliers notamment l’hôpital régional de Bafoussam et l’hôpital de district de Dschang où sont internés les rescapés de ce drame qui a coûté la vie à une cinquantaine de personnes.
Après, ils se sont allés sur le lieu du drame où le ministre des Transports, le ministre délégué, le Gouverneur et les députés membres du Réseau Parlementaire pour la Sécurité routière au Cameroun ont déposé une gerbe de fleurs en mémoire aux victimes.

SÉANCE DE TRAVAIL À LA PRÉFECTURE DE LA MENOUA

La séance de travail s’est déroulée à la préfecture de la Menoua entre le MINT et les transporteurs ainsi que les syndicats. Au cours de celle-ci, le Chef de Département ministériel en charge des Transports a signifié aux transporteurs qu’au regard de la recrudescence des accidents de la circulation dans cette région, il est le temps que ça cesse. Ces accidents qui sont survenus la nuit remettent en cause la problématique des voyages de nuit et la nécessité de leur encadrement ainsi que le transport clandestin des produits dangereux. Le ministre des Transports a également présenté les résultats des audits technico-administratifs qui ont relevé plusieurs manquements dans le fonctionnement des compagnies de transport interurbain de personnes dans cette région notamment l’emploi des chauffeurs sans contrat ni affiliation à la CNPS avec une faible rémunération, la mise en place d’un système de paiement au pourcentage entraînant des prolongements du temps de conduite des chauffeurs donnant lieu à toutes formes de pratiques, la surcharge via l’augmentation du nombre de sièges dans les véhicules par les chauffeurs sur la base des accords préalablement définis avec les responsables des compagnies, la non tenue des bordereaux d’enregistrement sans référence liée aux enfants en bas âge.

RÉDUCTION DU NOMBRE D’ACCIDENTS

Le ministre n’a pas manqué de se féliciter des avancées en matière de prévention routière au Cameroun. En 2011, on dénombrait 6 000 personnes décédées des suites d’un accident de la circulation et en 2020, ce nombre était de 623. Un chiffre que le Gouvernement compte baisser jusqu’au chiffre 0. Après le mot du MINT, les transporteurs ont décrié l’incivisme observé par les usagers de la route car selon les statistiques, 2/3 des accidents sont causés par l’excès de vitesse. Les différents participants se sont engagés à mettre tout en place pour qu’il n’y ait plus de morts sur nos routes.

MESURES PRISES

Vu l’ampleur et la fréquence des accidents de la circulation survenus ces deux derniers dans cette region, le MINT a formulé les mesures à mettre en œuvre pour stopper ce carnage sur nos routes. Il s’agit, entre autres, de la mise en place d’une brigade de contrôle mixte Gendarmerie nationale, Police et Brigade de prévention pour lutter contre le transport clandestin, des modalités de mise à disposition des engins pour enlèvement d’obstacles ou de véhicules sur la chaussée, de la dotation de deux radars semi-portatifs opérationnels le jour comme la nuit destinés à être déployés dans le cadre des contrôles mixtes.

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter