Exposé du MINT à la conférence inaugurale de la 9ème édition du SAGO

Discours

Monsieur le Ministre délégué auprès du ministre des Transports;
Monsieur le Secrétaire général;
Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux ;
Mesdames, Messieurs ;
Honorables invitées.

Il m’est particulièrement agréable de prendre la parole à l’occasion de cette conférence inaugurale de la 9ème édition du Salon de l’Action Gouvernementale (SAGO), qui met sous le feu des projecteurs, en tant que Département ministériel invité spécial, toutes les administrations du secteur des Transports que le Chef de l’État, Son Excellence Paul BIYA a bien voulu me confier la charge de la supervision, pour décliner en quelques mots les actions managériales de ce secteur d’activités, ainsi que les défis auxquels nous faisons face dans le contexte de la décentralisation en plein expansion dans notre pays.

Qu’il me soit tout d’abord permis d’adresser mes sincères encouragements au Promoteur du SAGO ainsi qu’à son équipe, pour les efforts qu’ils consentent à mettre en lumière l’ensemble du travail gouvernemental, au service du peuple camerounais, à travers cet outil de promotion qui commence véritablement à faire tâche d’huile.

Mesdames, Messieurs

Dans son adresse à la Nation le 31 décembre 2018, le Président de la République, tel un commandant de bord qui veut faire décoller un avion de ligne, a fixé pour le Cameroun le cap à atteindre. Pour rallier cette destination, le Pilote pétri d’expérience connaît les manœuvres à opérer. Et pour le Ministère des Transports, l’Illustre orateur, a prescrit d’accentuer le développement et la modernisation des infrastructures de transports, notamment ferroviaires, portuaires et aéroportuaires avec l’appui des partenaires au développement et les principaux bailleurs de fonds.
L’objectif ultime ici étant le bien-être des Camerounais à travers l’amélioration remarquable de leurs conditions de vie. Nous avons depuis lors, redoublé d’efforts pour saisir toutes les opportunités dans notre secteur d’activités, en vue de contribuer efficacement à l’atteinte des objectifs macroéconomiques que le Gouvernement s’est assigné dans un système de résilience aux chocs à la fois exogène et endogène.

Pour l’exercice budgétaire 2020, le ministère des Transports a engagé un certain nombre de réformes dans le secteur des transports, en vue de contribuer plus efficacement à l’atteinte des objectifs de développement du Cameroun. C’est dans ce cadrage que le thème central de la présente communication « Transformations structurelles et perspectives de modernisation du secteur des transports et de la météorologie », fort évocateur, a été arrêté pour mieux cerner les orientations et les choix de développement économique en cours, visant la création d’emplois au moyen d’initiatives locales. Le développement subséquent de ce thème, nous permettra, dans un premier temps, de présenter toute la dynamique mise en œuvre pour non seulement adresser, mais également apporter des solutions aux problématiques auxquelles notre champ d’actions fait face. Dans un deuxième temps, nous nous appesantirons sur les mesures prises par le ministère des Transports pour lutter efficacement contre la COVID-19, issues du plan gouvernemental de riposte pour stopper la propagation de cette pandémie dans notre cher et beau pays.

Mesdames, Messieurs

L’intégration actuelle, des politiques de décentralisation et celles de développement des transports reste une option majeure pour l’émergence de notre pays. Il est important d’avoir en mémoire que le Gouvernement de la République applique une politique de vases communicants dans un système multimodal de transports sur l’ensemble du territoire national.

Dans le secteur routier, outre les actions de prévention et de sensibilisation qui devront être accentuées, à travers notamment l’acquisition des équipements pour renforcer les actions des officiers de police judiciaire à compétence spéciale du ministère des Transports, une attention particulière a été accordée à : l’élaboration du programme sur la gestion de la route et la sécurité routière, la mise en œuvre de la nouvelle Stratégie nationale de sécurité routière; la finalisation du projet d’interconnexion du système ‘SSDT’ du ministère des Transports aux systèmes ‘NEXUS’ de la Douane et ‘FISCALIS’ des Impôts, et la mise en circulation des nouveaux supports de cartes grises le 19 août 2020 ; la nouvelle application de délivrance de la vignette automobile est entrée dans sa phase opérationnelle depuis le 16 mars 2020. Le 12 mai dernier, j’ai remis au Secrétariat d’État à la Défense chargée de la Gendarmerie nationale et à la Délégation générale à la Sûreté nationale des appareils portatifs de vérification de l’authenticité de la nouvelle vignette. Cette cérémonie qui fait suite au lancement officiel de ladite application effectué le 31 janvier 2020, renvoie un signal fort aux usagers de la route. Le Gouvernement dispose désormais d’outils fiables pour se rassurer que tous les véhicules en circulation sur l’ensemble du territoire national sont régulièrement passés dans un centre de visite technique et sont en bon état. Nous avons poursuivi la mise en œuvre du projet de gestion et de suivi centralisé du transport interurbain dans le cadre du partenariat public-privé MTN et CAMTRACK ; la poursuite de la coordination des activités des ONG dont les efforts déployés dans le cadre de la prévention et de la sécurité routière au Cameroun sont à saluer ; l’extension des centres de production des titres de transport dans les 58 départements et la coordination d’une meilleure participation du Cameroun aux travaux d’évaluation de la décennie d’actions 2011-2020.

S’agissant du secteur ferroviaire, nous avons accéléré le processus de maturation d’un certain nombre de projets devant faire partie de la liste des grands projets de deuxième génération, à l’instar des tronçons N’gaoundéré-Ndjamena ou Édéa-Kribi-Lolabé. Un tronçon qui pourra être prolongé jusqu’à Campo. L’année dernière, le Gouvernement a acquis quatre (04) locomotives. En outre, nous envisageons acquérir le matériel ferroviaire roulant, en l’occurrence, vingt-cinq (25) voitures voyageurs et cinq modules autorail. Dans la même lancée, la mise en exploitation d’un train voyageurs entre les villes de Douala et Yaoundé reprendra service dans un futur proche. Ce qui devra améliorer l’offre de transport à l’occasion du CHAN 2021 et de la CAN 2022. La sécurité dans le domaine ferroviaire sera traduite par la réalisation des études pour l’ouverture ou l’aménagement des passages à niveau sur le TRANSCAM 1, et la réalisation des passages supérieurs sur le TRANSCAM 2. L’actualisation du Plan Directeur Ferroviaire prendra en compte les nouveaux développements dans ce domaine.

Pour ce qui est du secteur maritime et portuaire, l’accent est mis sur la poursuite des travaux d’extension du Port en eau profonde de Kribi, dans sa deuxième phase, et la réalisation du système d’alimentation en eau potable pour ledit port. Il est également question de la poursuite de la construction du Centre de Vie de Kousseri par le Conseil National des Chargeurs du Cameroun et de la modernisation du Chantier Naval et Industriel du Cameroun. Un suivi permanent est fait sur plusieurs projets dans ce secteur, notamment celui du projet de nomination des organes sociaux du Port Autonome de Limbé et le fonctionnement dudit Port ; la construction du Port en Eaux profondes de Limbe (Ngueme) ; la création d’une société de cabotage entre les ports ; la création du Corps des personnels des Affaires Maritimes et Portuaires dans la Fonction Publique camerounaise ; la relance du Fonds instauré par l’Organisation Maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Fonds OMAOC) pour développer les structures et administrations des secteurs maritimes et portuaires. Un accent particulier a été mis sur le développement du transport fluvial et lacustre qui constitue un mode de transport incontournable dans certaines localités de notre triangle national. D’ores et déjà, deux (02) sessions d’examens de capacité des permis de conduite des pirogues à moteur, des embarcations de plaisance et des remorqueurs se sont tenues respectivement le 31 janvier 2020 et le 10 juillet 2020, ce qui va permettre d’assainir ce secteur d’activités quelque peu négligé.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la gouvernance active et participative, la signature le 05 mai 2020, par le Chef de l’État, des textes organisant les activités du Port Autonome de Limbe (PAL), participe d’un tournant décisif que va connaître la région du Sud-Ouest. Il est important de savoir qu’au-delà des échanges commerciaux avec le Nigéria, la relance de ce projet s’inscrit dans la logique de l’implémentation du Schéma Directeur Portuaire National. Et cette ville, qui connaît un développement planifié, fera un saut qualitatif et quantitatif pour son émergence tel que souhaité par les représentants des régions anglophones lors du Grand Dialogue national tenu à Yaoundé en septembre 2019, et contribuera, à coup sûr, à l’apaisement du climat social dans cette partie du Pays.

Je vous annonce déjà la conférence du Port Autonome de Douala (PAD) qui aura dans ce site, jeudi prochain sur le thème « le Port Autonome de Douala opère sa mue ».

Pour le transport aérien, la priorité a été accordée à l’élaboration du Programme National de Sécurité et du Programme National de Facilitation du Transport Aérien ; à la poursuite de la réhabilitation des aéroports avec, notamment, l’achèvement du projet de réhabilitation de l’aéroport international de Douala et le lancement du projet de réhabilitation de l’aéroport international de Garoua ainsi que l’achèvement du processus de certification de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. Le même processus sera lancé pour l’aéroport international de Douala. La poursuite de la sécurisation des domaines aéroportuaires et la relance de la compagnie aérienne nationale Camair-CO sont prévues dans le registre. Sur très hautes instructions du Chef de l’État, j’ai procédé, le mardi 10 mars 2020, à Dubaï, à la signature de l’Accord aérien entre le Gouvernement camerounais et le Gouvernement des Émirats arabes unis. La signature de cet Accord, paraphé le 15 avril 2015, contribuera au renforcement de la coopération entre les deux pays et au développement de l’aviation civile à travers l’établissement des services aériens entre le Cameroun et les Émirats arabes unis. En outre, cet Accord participera à la promotion du tourisme et au relèvement du niveau des échanges commerciaux entre nos deux pays.

Concernant la météorologie nationale, les activités identifiées au cours de ce salon s’articuleront autour du thème « Développement et modernisation de la production des informations météorologiques pour faire face aux changements climatiques ». Dans l’accomplissement de cette mission, nous sommes engagés dans la surveillance des conditions atmosphériques sur l’ensemble du territoire. La veille météorologique que nous assurons, est rendue possible grâce à notre dispositif de collecte et traitement de données qui est constitué d’un réseau de stations météorologiques et d’une station de réception des données satellitaires. Au vu de l’importance des données météorologiques pour la prise de décision sur les problématiques du développement durable, nous avons mis sur pied un vaste programme de développement et de réhabilitation du réseau météorologique national. Il est question à travers ce programme de procéder à la modernisation de toutes les stations météorologiques existantes, et à la construction suivie de l’équipement de nouvelles stations pour assurer une couverture plus dense du territoire national. Il convient de relever que dans le but de mieux encadrer les activités de collecte de données météorologiques, nous avons mis en place des cadres de collaboration avec certaines collectivités territoriales décentralisées et d’autres partenaires tels que les entreprises agro-industrielles.

Aussi, au regard des variations climatiques et de leurs impacts négatifs sur les personnes et les biens, nous sommes engagés à renforcer la production et la fourniture des services météorologiques et climatologiques. A cet effet, toutes les archives climatologiques du Cameroun sont en cours de numérisation dans l’optique de constituer une banque de données moderne. Cette initiative est très appréciée de l’Organisation météorologique mondiale. La banque de données mise en place sert de mémoire climatique de notre pays car elle renseigne sur l’évolution du climat sur plus d’un siècle.

Dans le contexte actuel des changements climatiques, les prévisions météorologiques contribuent à réduire la vulnérabilité des populations. Lesdites prévisions sont élaborées par mes services et diffusées sur les antennes de la CRTV et des autres médias, ainsi que sur les réseaux sociaux. Outre ces prévisions destinées au grand public, des prévisions spécialisées sont régulièrement élaborées dans le but de satisfaire les besoins spécifiques de certains usagers. C’est le cas des prévisions météorologiques marines fournies au Port Autonome de Kribi. Dans ce cadre, des conventions de partenariat sont mises en place pour définir les responsabilités et les modalités.

Je relève fort opportunément que, lors de sa visite aux victimes des inondations dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord le 20 septembre 2012, le Président de la République avait déclaré ce qui suit, « Sur un tout autre plan, il conviendrait de renforcer, à tous les niveaux et de manière régulière, l’information météorologique afin de permettre aux populations de disposer de renseignements utiles sur les variations climatiques ». Le Cameroun, à l’instar des autres nations, fait de plus en plus face aux effets néfastes des phénomènes météorologiques extrêmes qui pourront affecter considérablement son économie, si des mesures d’adaptation ne sont pas mises en œuvre. L’information météorologique et climatologique permet de réduire cette vulnérabilité et construire une société résiliente. Le Gouvernement, conscient de cet état de choses a pris des dispositions en vue de la formation au Cameroun et dans les Ecoles nationales supérieures Polytechniques, des spécialistes de la Météorologie. Ces jeunes professionnels qui intègrent progressivement mes services, viennent contribuer à remporter le challenge d’une veille météorologique efficiente dans notre pays.

J’invite donc chaque citoyen à accorder une importance aux données météorologiques et à intégrer ces données dans toutes prises de décision relatives aux activités tributaires du temps et du climat.

Mesdames, Messieurs

Permettez-moi de vous entretenir brièvement, sur les mesures prises par le ministère des Transports pour lutter efficacement contre la propagation de la COVID-19, qui comme dans le reste du monde, n’a pas laissé le Gouvernement indifférent sur la nécessité de sauver des vies, avant de conclure la présente communication.

En effet, le 17 mars 2020, sur hautes instructions du Président de la République, par la voix du Premier ministre, Chef du Gouvernement, le Gouvernement, a pris 13 mesures restrictives qui ont dès lors dévoilé les contraintes à mettre en application par tous les Chefs de département ministériel, avec toute la rigueur. Ainsi, des transports routiers, aux transports maritimes en passant par les transports aérien et ferroviaire, des mesures drastiques ont été prises pour que des vies soient épargnées. Des communiqués y relatifs ont été publiés pour le respect scrupuleux des directives qui s’imposent à notre secteur.

Sans en faire une énumération exhaustive ici, je pourrai tout dire que, dix-neuf (19) mesures ont été arrêtées dans le secteur des transports ferroviaires ; trente et une (31) dans le secteur des transports routiers ; neuf (09) dans le secteur des transports maritimes ; et des directives à prendre dans le domaine du transport aérien par les Directeurs généraux de la Cameroon Civil Aviation Authority (CCAA), de la Société Aéroports Du Cameroun (ADC-SA) et de Camair-CO, de concert avec les compagnies aériennes desservant le Cameroun, ainsi que les équipes techniques des Ministères de la Santé publique et des Relations Extérieures. Ce qui m’a permis de signer la Lettre-circulaire N°007/LC/MINT/SG/DAC/CSE DU 15 juillet 2020 relatives aux directives opérationnelles pour le transport aérien dans le contexte de la pandémie du COVID-19. L’ensemble de ces mesures a permis à notre pays d’accroître sa résilience face à cette pandémie.

Mais compte tenu de la fragilité de notre tissu économique, Le 30 avril 2020, sur hautes instructions du Président de la République, le Premier ministre, Chef du Gouvernement a communiqué dix-neuf (19) mesures d’assouplissement du plan gouvernemental de riposte pour stopper la propagation du Coronavirus dans notre cher et beau pays. Et le secteur des transports en a bénéficié, notamment la mesure concernant la limitation du nombre de passagers à bord des taxis et des bus a été levée, à condition que les compagnies de transport urbain et interurbain veillent à ce que tous les passagers arborent le masque devenu obligatoire dans les espaces publics.

Suite à la maîtrise de cette pandémie sur l’ensemble du territoire national, ce malgré, le relâchement que nous observons actuellement en rapport au respect des mesures barrières de lutte contre le coronavirus, Je dire avec certitude que ces trains de mesures prises ont contribué à freiner efficacement la propagation de la COVID-19.

J’invite donc, une fois de plus tous les Usagers des différents moyens de transports à porter le masque de protection lorsqu’ils empruntent les modes de transport public ou privé, et à ne pas accepter la surcharge. Il y va de leur vie et celle des autres.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter