discours du MINT Assemblee 2018

Non classé
  • Madame la Présidente de la Commission des Finances et du Budget,
  • Honorables Membres de la Commission,
  • Mesdames et Messieurs,

C’est avec un réel plaisir que je prends  la parole devant cette auguste Commission, pour vous présenter les orientations stratégiques et budgétaires des activités du Ministère des Transports au titre de l’exercice 2019.

Pour ce faire, je voudrais tout d’abord rappeler  l’objectif stratégique du Département ministériel dont j’ai la charge, en rapport avec son périmètre de compétence.

Je déclinerai ensuite le contexte, le bilan et les perspectives des programmes au cours de la dernière année du triennat 2016-2018.

Je terminerai enfin mon propos par la présentation de  la demande budgétaire pour l’exercice 2019, ainsi que les extrants majeurs attendus par programme. 

S’agissant de l’objectif stratégique du Ministère des Transports,

En vertu du décret n°2012/250 du 1er juin 2012 portant organisation du Ministère des Transports, le Ministre des Transports est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique gouvernementale en matière de transports et de sécurité routière.

A cet effet, l’objectif stratégique est d’accompagner la dynamique des échanges multimodaux tout en s’arrimant aux exigences de la mondialisation.

Ainsi, pour contribuer efficacement au processus de l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035 si cher au Chef de l’Etat, dont je me fais fort de saluer la brillante réélection, le Ministère des Transports a, en conformité avec les orientations contenues dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE), défini un nouvel axe stratégique visant non seulement la mise en place d’un système de transport intégré, compétitif et sûr, mais aussi la diffusion des données météorologiques fiables.

Quatre (04) programmes, dont trois (03) opérationnels et un (01) support, ont donc été mis en exécution depuis le début du triennat en cours, à savoir :

  • Programme 607: Développement et réhabilitation des infrastructures de transport ;
  • Programme 602: Amélioration du système de sûreté et de sécurité des différents modes de transport ;
  • Programme 604: Développement et réhabilitation du réseau météorologique national ;
  • Programme 603: Gouvernance et appui institutionnel dans le sous-secteur des transports.

Relativement au contexte et à l’état de mise en œuvre des programmes au cours de l’année 2018, 

 Je voudrais avant de poursuivre cet exposé, indiquer le référentiel ayant sous-tendu l’exécution des programmes du Ministère des Transports au cours de l’exercice 2018. Il s’agit entre autres :

  • des interpellations fortes du Chef de l’Etat, s’agissant notamment de la construction et de la mise en exploitation du port en eau profonde de Kribi, et la rénovation des aéroports dans la perspective de la Coupe d’Afrique des Nations 2019;
  • de la crise sécuritaire dans plusieurs régions et frontières du pays ;
  • de la poursuite de la construction, de l’aménagement et de l’installation des stations météorologiques à travers le triangle national ;
  • et enfin, de la recrudescence des accidents de la circulation.

De manière générale, il était question de procéder à l’opérationnalisation du port en eau profonde de Kribi, afin de décongestionner celui de Douala, et de permettre la réduction  des délais de passage des marchandises à l’import et à l’export tout en améliorant la compétitivité de nos places portuaires.

De manière spécifique, les réalisations au cours de l’exercice 2018 se présentent ainsi qu’il suit par programme et par sous-secteur :

  1. Programme 607,

 1.1. Dans le sous-secteur routier,

S’agissant du transport urbain de masse, des études sont menées en vue de la mise en place d’un système de transport hautement fiable. Il sera également question de renforcer l’offre existante (STECY et SOCATUR notamment) dans les différentes villes devant abriter la Coupe d’Afrique des Nations 2019.

1.2. Dans le sous-secteur aérien,

         Après la première campagne de son programme intitulé « le Cameroun d’abord » ayant conduit entre autres, à l’augmentation de la fréquence de vols desservant sept (07) chefs-lieux de région, la compagnie aérienne nationale CAMAIR-Co a lancé une seconde campagne qui a permis la réouverture de plusieurs dessertes régionales.

Comme autres activités majeures, j’évoquerai trois choses :

  • le renforcement de la flotte avec l’acquisition d’un aéronef de marque Q400 ;
  • la réhabilitation et l’aménagement de l’aéroport de Bafoussam en vue d’accueillir les vols internationaux pendant la CAN 2019 ;
  • et la réhabilitation de l’aéroport de Bertoua en vue de l’ouverture de ladite desserte par CAMAIR-Co.

1.3. Dans le sous-secteur maritime,

Il y a lieu de relever l’opérationnalisation du Port de Kribi depuis le 2 mars 2018.  Aujourd’hui, Kribi reçoit à quai en moyenne une trentaine de navires par mois.

Je noterais également l’augmentation régulière des agences maritimes et de consignations, faisant ainsi de Kribi une destination privilégiée regorgeant de perspectives intéressantes pour l’emploi et la croissance économique.

Il convient en outre, de mentionner l’amorce des travaux préparatoires à la construction du Port en eau profonde de Kribi phase 2, en vue de son extension. Le montant alloué à cette action était d’un milliard. Les fonds de contrepartie y afférents d’un montant d’un milliard aussi, ont d’ores et déjà fait l’objet d’engagement au Ministère des Finances.

Toujours dans le domaine maritime, d’autres actions, entrant dans le cadre de la modernisation du Port de Douala, ont également été menées, au rang desquelles :

  • le dragage des pieds de quai, des darses et des plans d’eau avec l’acquisition d’un baliseur, d’un faucardeur, d’une vedette et d’un dragueur ;
  • le suivi des concessions et des opérateurs portuaires au port de Douala ;
  • les travaux de revêtement en pavés du Quai 51 au port de Douala;
  • les travaux de réfection des bandes à quai 1 à 17 au port de Douala.

De même, dans le cadre de la facilitation du transport maritime, il y a lieu de noter le lancement du tout premier portail numérique dont l’adresse est www.cameroontradehub.cm. Cet espace a vocation des renseignements inhérents aux procédures d’importation, d’exportation et de transit, en vue d’atteindre une amélioration substantielle du climat des affaires.

Par ailleurs, dans le souci de veiller au développement des infrastructures maritimes, le Ministère des Transports a procédé à la réfection du sous-quartier maritime, fluvial et lacustre de BEKUMU dans le Sud Ouest.

  • Dans le sous-secteur ferroviaire,

 Dans le cadre du renforcement de la capacité de l’offre des transports des voyageurs et en prélude à la CAN 2019, le marché relatif à l’acquisition de neuf (9) locomotives a été signé avec l’entreprise américaine General Electric Company. Lesdites locomotives ont été fabriquées. Les diligences sont entreprises en vue du paiement et leur acheminement des Etats-Unis pour le Cameroun.

Je note également le démarrage des études  pour le renouvellement du tronçon Bélabo-Ngaoundéré.

Pour ce qui est de l’extension du chemin de fer camerounais vers le Tchad, la Banque Africaine de Développement (BAD) a octroyé un financement d’un montant de trois milliards de francs CFA environs au Cameroun et au Tchad pour la réalisation des études de faisabilité y relatives. Le processus de recrutement des consultants, pour la réalisation desdites études. La coordination dudit projet a été lancé sous les auspices de la Commission ferroviaire Cameroun/Tchad. 

  1. Programme 602

Les  activités menées dans le cadre du programme 602 se déclinent par sous-secteur ainsi qu’il suit :

2.1. Dans le sous-secteur routier,

      Outre les multiples campagnes de sensibilisation et de prévention routières menées par mes services, plusieurs sanctions ont été infligées aux agences de voyage et usagers de la route à travers la suspension d’activités, de licences et de titres de transport.

Le Ministère des Transports a également mis en œuvre les actions ci-après:

–   l’élaboration d’un cahier de charges visant à moderniser et de sécuriser les activités des Compagnies de transport routier interurbain ;

–  la mise en place d’un mécanisme de sécurisation des vignettes de visites techniques, ayant pour but de garantir le passage effectif des véhicules dédiés au transport interurbain, et la délivrance desdites vignettes uniquement après satisfaction des contrôles stricts ;

–    l’acquisition des matériels et équipements de contrôle et de surveillance ;

–  et la synergie d’actions et la mutualisation des moyens entre le SED/CGN-DGSN-MINT. 

Toutes ces actions ont valu au Cameroun d’être choisi parmi les deux (02) pays africains (avec l’Ouganda) devant bénéficier de l’accompagnement des Nations Unies à travers le Programme « Road safety performance review », et dont l’aboutissement a été ponctué par la visite de l’Envoyé Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Sécurité routière sur invitation du Chef de l’Etat, et la remise au Gouvernement Camerounais du Rapport d’étude d’évaluation de la performance du Cameroun en matière de sécurité routière.

J’ai bon espoir que la mise en œuvre des recommandations issues dudit rapport, déjà enclenchée, nous permettra d’atteindre les objectifs de la décennie d’actions pour la sécurité routière, à savoir,  la réduction de moitié, du nombre de tués sur nos routes d’ici 2020.

2.2. Dans le sous-secteur aérien,

 Plusieurs activités ont été réalisées. Je citerai les plus importantes, à savoir :

  • La construction d’un Poste d’Accès Routier d’Inspection de Filtrage (PARIF) à l’entrée de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen ;
  • la poursuite du processus de certification des aéroports internationaux de Douala et Yaoundé-Nsimalen ;
  • et la mise à jour de l’ensemble de textes réglementaires relatifs à la sûreté de l’aviation civile.

Par ailleurs, au terme de l’audit du système de sûreté des aéroports du Cameroun, audit effectué par l’Organisation de l’Aviation Civile internationale (OACI) du 18 au 27 avril 2018, le Cameroun a atteint un taux de supervision d’un système national de sûreté de 68,85% et un taux de conformité aux normes de l’OACI de 70,96%.

Ces résultats sont satisfaisants en ce sens qu’ils se situent au dessus de la moyenne mondiale qui est de 65%.

2.3. Dans le sous-secteur maritime et portuaire, 

        L’activité majeure à ce niveau a consisté au lancement de l’opération d’enlèvement des épaves des navires,  libérant ainsi les quais et augmentant la capacité d’accueil des navires.    

2.4. Dans le sous-secteur ferroviaire 

Je voudrais saisir cette occasion pour rappeler que, à l’issue de l’enquête prescrite par le Président de la République, le concessionnaire CAMRAIL a été reconnu coupable de la catastrophe ferroviaire d’Eséka. Le Ministère des Transports suit avec beaucoup d’intérêt le processus d’indemnisation par CAMRAIL et ses assureurs, des victimes de cet accident.

Par ailleurs, conformément aux Très hautes instructions du Chef de l’Etat,  relatives à la restructuration de ce sous-secteur avec une plus grande présence de l’Etat au sein de la société CAMRAIL, un groupe de travail a été mis en place dans les Services du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, à l’effet  de mener une réflexion sur les réformes institutionnelles à mettre en œuvre. Ceci dans l’optique de renforcer le monitoring du partenariat public/privé dans le domaine,  à travers la relecture des textes régissant le secteur, et mieux encore la révision de la Convention de concession.

3.Concernant le Programme 604, 

Comme activités réalisées en 2018 dans ce programme, je citerais :

  • l’arrivée en fin de formation de la première promotion constituée de 75 techniciens de la météorologie, formés à l’école nationale supérieure polytechnique de Kousséri ;
  • le renforcement du réseau météorologique avec l’installation effective de 23 stations météorologiques du don chinois ;
  • la densification du réseau météorologique avec la réhabilitation des stations météorologiques de Kousséri et Mamfé ;
  • la poursuite du projet de numérisation des archives phase 2, avec l’acquisition du matériel informatique et la saisie effective d’une partie de ces archives.

En outre, le 1er octobre 2018 à Douala, j’ai présidé la cérémonie de lancement  des activités du Centre d’Application et des Prévisions climatiques d’Afrique centrale. Ledit Centre a été créé le 25 mai 2015 à N’Djaména par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de le CEEAC dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques.

  1. Pour ce qui est du programme 603,

L’objectif ici étant de soutenir  la conduite  de  la politique des transports, le Ministère des transports s’est attelé à  réaliser des actions suivantes :

  • la poursuite de la construction de la délégation régionale de l’Est ;
  • la poursuite de la construction ou la réhabilitation des délégations départementales du Dja-et-Lobo, du Nyong et Kelle, du Haut-Nyong;
  • et l’acquisition du matériel informatique.

Je voudrais à présent me pencher sur le niveau d’exécution financière des enveloppes budgétaires du Ministère des Transports, au titre des exercices 2017 et 2018.

En 2017, le Ministère des Transports a reçu une enveloppe budgétaire d’un montant de 7 milliards 285 millions de FCFA, dont 2 milliards 500 millions FCFA pour l’investissement public, et 4 milliards 785 millions de FCFA pour le fonctionnement.

Le budget d’investissement public (BIP) de l’exercice 2017 a été exécuté à 95,81% et le budget de fonctionnement à 95,03%.

Pour l’exercice en cours, le Ministère des Transports a reçu une enveloppe budgétaire d’un montant de 7 milliards 840 millions de FCFA, dont 3 milliards FCFA pour l’investissement public, et 4 milliards 840 millions de FCFA pour le fonctionnement.

A date, le budget d’investissement public (BIP) de l’exercice 2018 a été exécuté à 94,26% et le budget de fonctionnement à 63,11%.

L’exécution financière par programme se présente comme suit : 

Programme 607 : Développement et réhabilitation des infrastructures de transports

  • fonctionnement : 1 264 354 252 FCFA, pour un taux d’exécution de 58,56%.
  • investissement : 1 030 000 000FCFA, pour un taux d’exécution de 100,00 %.

Programme 602 : Amélioration du système de sûreté et de sécurité des différents modes de transport,

  • fonctionnement : 716 376 499 FCFA, pour un niveau d’exécution de 89,51% ;
  • investissement : 30 000 000 FCFA, pour un taux d’exécution de 100 %.

En ce qui concerne le Programme 604, relatif au développement et réhabilitation du réseau météorologique national 

  • fonctionnement : 420 098 500 FCFA, pour un taux d’exécution de 74, 18%.
  • investissement : 260 000 000FCFA, pour un taux d’exécution  de 56,09%.

Programme 603 : Gouvernance et appui institutionnel dans le sous-secteur des transports

 fonctionnement : 1 439 170 549 FCFA soit un taux d’exécution de 50,75%.

  • investissement : 680 000 000 FCFA pour un taux d’exécution  de 100 %.

Comme extrants majeurs, je citerais :

  • la densification du réseau de stations météorologiques permettant une collecte plus fiable des données ;
  • la formation des ingénieurs et techniciens en météorologie ;
  • le renforcement de la sûreté/sécurité dans le domaine maritime et portuaire à travers l’acquisition du matériel de navigation pour circonscriptions maritimes, fluviales et lacustres ;
  • la production de l’Annuaire statistique des transports 2018 ;
  • et l’amélioration du système infrastructurel et des mesures de facilitation du transport et du transit.

En perspective, le Ministère des Transports entend maintenir son cadre logique stable autour des objectifs spécifiques de réhabilitation des infrastructures, de densification des moyens de collecte des informations météorologiques et de lutte contre l’insécurité routière.

Madame  la  Présidente,

Honorables Membres de la Commission,

Dans sa profession de foi et en référence au discours prononcé à l’occasion de sa prestation de serment, le Président de la République a pris l’engagement de poursuivre l’accélération du développement des infrastructures de transports, notamment  routières, ferroviaires, aériennes et maritimes.

Le Ministère des Transports a inscrit dans son projet de budget 2019, des projets porteurs notamment les fonds de contrepartie pour les principaux projets d’infrastructures à réaliser sur financement extérieur, tout en relevant que l’enveloppe budgétaire prévue reste insuffisante au regard de ses nombreux engagements à l’égard des structures placées sous sa tutelle technique.

Après les discussions houleuses dans le cadre des instances de préparation du budget, notre demande budgétaire au titre de l’exercice 2019 s’élève à un montant de 13 milliards 519 millions de FCFA, dont 8 milliards 800 millions pour l’investissement et 4 milliards 719 millions pour le fonctionnement.

Le budget d’investissement public se décline ainsi qu’il suit :

  • huit cent millions (800 000 000 FCFA) pour les ressources internes ordinaires;
  • un milliard (1 000 000 000 FCFA), pour les fonds de contrepartie en TVA, droits et taxes de douane des projets à financement conjoint relevant du secteur des transports;
  • et sept milliards (7 000 000 000 FCFA), pour les projets à financement extérieur répartis comme suit :
  • acquisition du matériel roulant, notamment les neuf (09) locomotives, pour un montant de 1 milliard;
  • la poursuite du projet de construction du port en eau profonde de Kribi phase 2 pour un montant de 5 milliards ;
  • et la réalisation des travaux d’alimentation en eau potable audit port et ses dépendances pour un montant de 1milliard.

Les ressources internes ordinaires sont ventilées par programme de la manière suivante :

Programme 607 relatif au « développement et à la réhabilitation des infrastructures de transports » : 230 millions de FCFA.

Notre ambition se traduit ici par la réfection du sous-quartier maritime, fluvial et lacustre de CAMPO, pour un montant de 30 millions de FCFA.

En outre, une subvention d’investissement d’un montant de 200 millions de FCFA au Chantier Naval et industriel du Cameroun(CNIC) est prévue en 2019, dans le cadre de la prise en compte des besoins en investissement des organismes sous- tutelle.

Programme 602,  relatif à « l’amélioration du système de sûreté et de sécurité des différents modes de transport » : 30 millions de FCFA

L’action envisagée  est l’acquisition des moteurs hors-bord (75 CV) pour les circonscriptions maritimes, les sous-quartiers maritimes, fluviaux et lacustres.

Programme 604, « relatif au développement et réhabilitation du réseau météorologique national » : 150 millions de FCFA

Deux actions sont prévues, à savoir :

  • la poursuite de la deuxième phase de la numérisation des archives et la mise en place d’une banque de données moderne, pour un montant de 100 millions de FCFA ;
  • et l’acquisition du matériel pédagogique et des équipements informatiques pour un montant de 50 millions de FCFA, relativement à la formation des ingénieurs de la météorologie à l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé.

Programme 603, relatif à la « Gouvernance et appui institutionnel dans le sous-secteur des transports » : dotation 390 millions de FCFA.

Pour l’exercice 2019, l’accent sera mis sur :

  • La poursuite des travaux de construction des délégations départementales du Mayo-Banyo, Mbam-et-kim, Haut-Nkam, Menoua et Dja-et-Lobo d’une part, et d’autre part le démarrage des travaux des bâtiments pour les délégations départementales du Mayo-Rey et de la Mifi. Le montant global pour la réalisation desdits travaux s’élève à 349 600 000 FCFA;
  • l’acquisition du matériel informatique dans les services centraux et déconcentrés pour un montant de 40 400 000 FCFA.

Concernant le budget de fonctionnement, sa ventilation par programme est déclinée ainsi qu’il suit :

Programme 607 : Développement et réhabilitation des infrastructures de transport

  • un milliard cent soixante-douze millions six cent quatre-vingt-dix-sept mille (1 172 697 000) FCFA.

 Programme 602 : Amélioration du système de sûreté et de sécurité des différents modes de transport

  • un milliard quatre cent quarante-trois millions deux cent quinze mille (1 443 215 000) FCFA.

Programme 604 : Développement et réhabilitation du réseau météorologique national

  • sept cent sept millions sept cent quatre-vingt mille (707 780 000) FCFA.

Programme 603 : Gouvernance et appui institutionnel dans le sous-secteur des transports.

 un milliard trois cent quatre-vingt-quinze millions trois cent huit mille (1 395 308 000) FCFA.

Les extrants majeurs attendus dans les programmes opérationnels sont les suivants :

  • dans le programme 607, le développement et la réhabilitation des infrastructures maritimes et portuaires;
  • dans le domaine de la météorologie, l’augmentation du nombre de spécialistes de qualité et la disponibilité des données météorologiques exploitables sous la forme numérique ;
  • dans le programme 602 relatif à la sûreté et la sécurité dans les différents modes de transport, l’augmentation du nombre de plateformes portuaires conformes aux normes internationales (ISPS).

Nonobstant la modicité de l’enveloppe budgétaire allouée, pour le compte de l’exercice 2019, je voudrais vous assurer que le Ministère des Transports entend poursuivre ses actions de promotion et de développement de tous les différents modes de transport et de la météorologie.

  • Madame la  Présidente,
  • Honorables Membres de la Commission,

Telle est la synthèse des défis à relever par le Ministère des Transports en 2019, soumise à l’approbation de votre auguste Commission.

Je vous remercie de votre bienveillante attention, et me tiens disposé à fournir d’amples éclairages sur les points qui vous seraient parus obscurs au cours de ma présentation.

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter