Accident de Ndikinimeki : la compassion du Chef de l’État

A la Une

Suite au grave accident de la circulation routière survenu dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 décembre 2020, le Président de la République, a immédiatement instruit une mission interministérielle aux premières heures pour un élan de cœur et faire le point.

L’axe Yaoundé-Bafoussam, principalement au niveau du pont sur la rivière Nomalé dans l’arrondissement de Ndikiniméki, département du Mbam-et-Inoubou, a été le théâtre d’un accident de la circulation qui a ôté la vie à trente-cinq (35) personnes le 27 décembre 2020 dans les environs de 01 heure du matin dont les corps ont été déposés à la morgue de l’Hôpital Central de Yaoundé, selon le bilan provisoire annoncé par le ministre des Transports (MINT), et causé dix-huit (18) blessés dont huit (08) dans un état grave, pris en charge dans les hôpitaux de district de Bafia et de Ndikiniméki.
Cet incident dramatique intervient à une période charnière, où la campagne ’’zéro accident’’ de sensibilisation sur la sécurité et la prévention routières initiée par le MINT et lancé le 05 octobre 2020, et dont la durée court jusqu’au 31 janvier 2021, suivait de manière progressive une évolution appréciable. L’objectif étant de réduire considérablement le nombre d’accidents en période de rentrée scolaire et de fêtes de fin d’année. Dans le cadre de cette opération, les forces de maintien de l’ordre (FMO) et les agents de la prévention et la sécurité routières du MINT enregistrent plus 1.700 descentes sur le terrain en quadrillant l’ensemble du territoire national.
Les séquelles et marques visibles sur le lieu de l’accident montrent un ouvrage d’art endommagé presque sur sa moitié, la broussaille dévastée sur près de 20 mètres, des vitres et autres débris d’aluminium parsemés sur le sol. Ceci est la conséquence de la collision entre un bus de la compagnie de transport interurbain de personnes « Ets Avenir Voyages Sarl», immatriculé LT-130-IQ, en provenance de Koutaba, circulant dans le sens Bafia-Yaoundé et un camion immatriculé DU-149-AA, circulant dans le sens inverse.
Dès les premières heures de la journée du 27 décembre 2020, le Président de la République a instruit une mission interministérielle constituée du Ministre des Transports, Jean Ernest Masséna NGALLE BIBEHE, du Ministre de l’Administration Territoriale, Paul ATANGA NJI et du Ministre Délégué auprès du Ministre des Transports, NJOYA Zakariaou à l’effet d’évaluer la situation sur le terrain et de transmettre son message de compassion aux familles endeuillées, ainsi que ses vœux de prompt rétablissement aux blessés. Ces membres du gouvernement se sont rendus tour à tour sur le lieu de l’accident pour s’enquérir de la réalité des faits et dans les différents centres hospitaliers du département du Mbam-et-Inoubou au chevet des blessés pour leur apporter le réconfort du Chef de l’Etat.
Revenu à Yaoundé, le MINT s’est rendu à l’Hôpital central de Yaoundé accompagné du MINDEL/MINT, ainsi que du Gouverneur de la région du Centre, en vue de procéder à l’identification complète des corps et à leur restitution aux familles en présence des administrations compétentes.
Les circonstances exactes de ce drame n’étant pas suffisamment élucidées ce même jour, le MINT a fait savoir que seuls les résultats de l’enquête instruite par le Président de la République en vue d’établir les responsabilités, permettront de sanctionner aussi sévèrement que l’autorise la règlementation, les auteurs de ce regrettable accident. Il faut relever qu’un deuxième accident impliquant la même agence de voyage a eu lieu quelques heures seulement après le premier, à environ 20 mètres du pont sur la rivière Nomalé mais qui heureusement n’a pas causé de perte en vie humaine.
C’est donc avec une célérité inhabituelle et au regard de la gravité de la situation, et sous réserve des conclusions de l’enquête ouverte, que le MINT vient de prendre les premières mesures conservatoires en suspendant pour une durée d’un (01) mois, la compagnie de transport interurbain de personnes « Ets Avenir Voyages Sarl», pour violation grave et manquement à la réglementation en vigueur.

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter