3ème session ordinaire du Comité des ministres de l’ASSA-AC: Allocution du Commissaire en charge du département des Infrastructures et du développement durable de la CEMAC

Discours

Monsieur le Président du Comité des Ministres des Etats membres de l’Agence de Supervision de la Sécurité Aérienne en Afrique Centrale,
Messieurs les Ministres des Transports et de l’Aviation Civile des Etats membres de l’Agence,
Mesdames et Messieurs les membres du Comité de Direction de l’Agence,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs.

Je voudrais, avant toute chose, me faire l’honneur de rendre un vibrant hommage à Son Excellence Monsieur Paul BIYA, Président de la République du Cameroun, Président en exercice de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale, et lui témoigner l’expression de notre profonde gratitude pour son implication acharnée au parachèvement du processus d’intégration économique en Afrique centrale et, principalement, au renforcement de la libre circulation des personnes, des biens et des services dans notre sous-région, à travers le développement régional des infrastructures de Transport.

Messieurs les Ministres,

Je voudrais vous remercier d’avoir bien voulu honorer de votre présence à cette rencontre qui se tient par visioconférence, en dépit de vos nombreuses occupations. Comme vous le savez, cette réunion était prévue pour se tenir au mois d’Avril 2020, mais en raison de l’ampleur de la pandémie du COVID-19 et des mesures sanitaires qui restreignent nos déplacements, nous n’avons pas pu la tenir. Nous tenons donc à remercier toutes les parties prenantes qui ont mis tous leurs efforts pour faire en sorte que cette réunion ait lieu aujourd’hui.

Elle traduit, en réalité, l’engagement inexorable de nos Etats à bâtir une politique commune de sécurité aérienne dans notre sous-région et une Agence de supervision forte, chargée d’en assurer la mise en œuvre.

Vous conviendrez donc avec moi que cette réunion représente une occasion pour nous de nous rattraper et de faire le point sur les avancées de cette Agence, qui reste confrontée, depuis sa création, aux problèmes structurels qui empêchent sa pleine opérationnalisation.

Messieurs les Ministres, nous en appelons donc instamment à votre sens des responsabilités pour résoudre, une fois pour toute, les problèmes persistants de notre Agence de supervision de la sécurité aérienne.

Certes, il faut reconnaitre que tout n’est pas négatif. Nous nous réjouissons, par exemple, de l’adoption, par le Conseil des Ministres, du Règlement de Base de l’Agence et, encore, du financement du Programme d’Appui au Secteur du Transport aérien en Afrique Centrale et Occidentale (PASTA-CO) par la Banque Africaine de Développement (BAD) et la CEMAC.

Nous pouvons donc déjà nous féliciter de ce modeste pas déjà franchi, pour nous encourager à aller de l’avant et à adresser les problèmes qui restent encore à résoudre. Ces problèmes peuvent notamment se résumer à:

– finaliser les questions liées à l’organisation et au fonctionnement de l’Agence conformément aux textes communautaires et mettre en place une politique de sécurité aérienne commune ;
– donner à l’Agence une assise financière stable, à travers l’effectivité des contributions égalitaires des Etats et des frais pour prestations fournies ;
– reprendre la coopération avec le Sao Tomé et Principe dans le cadre du projet COSCAP (Co-operative Development of Operational Safety and Continuing Airworthiness).

Messieurs les Ministres
Avant de clore mon propos, je voudrais vous assurer de ce que la Commission de la CEMAC est résolument engagée dans la voix du parachèvement du processus d’intégration économique de la sous-région, à travers la mise en œuvre du Troisième Axe prioritaire de son Programme Economique Régional, relatif, entre autres, au développement régional des infrastructures de Transport dans le volet Transport aérien, dont notre Agence est responsable de la mise en œuvre. Ce programme vise, à terme, à opérer l’accroissement de la mobilité de masse dans notre sous-région et à rendre effectif la libre circulation des personnes, des biens et des services, nécessaire à la réalisation du marché commun.

Messieurs les Ministres,
Comprenez donc que je vous exprime ici notre enthousiasme et notre profonde satisfaction de voir que l’opérationnalisation de notre Agence s’inscrit pleinement dans la dynamique du processus d’intégration communautaire et est en marche vers la transformation de ce processus en immense succès.

Vive la CEMAC,

Vive notre intégration en matière de sécurité aérienne.

Je vous remercie de votre attention.

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter